Menu Appeler nous maintenant!
ALBI le Géant
menu

appeler

0 % de statistiques sur la sécurité routière

Pour souligner la récente journée mondiale de la sécurité routière, qui avait lieu le 13 octobre, on propose aux conducteurs de véhicules (clin d’œil en passant aux clients de chez ALBI Le Géant) un court survol des habitudes à ne pas prendre au volant. Ou des habitudes à délaisser, c’est selon.

P.S.: On se sent l’obligation de vous rappeler de ne pas lire cet article au volant. Ça nuirait à la cause…

Les habitudes ont la vie dure

Je ne sais plus où j’ai entendu cela, mais je suis certaine que c’est très vrai. Cela prendrait 17 jours pour prendre une nouvelle habitude. Et 21 jours pour la perdre. Remarquez, peut-être que c’est l’inverse. Retour au propos : pour se départir d’une mauvaise habitude, il faut d’abord réaliser ce que notre comportement au volant a de problématique.

Nous, les conducteurs qui savent conduire, nous avons le droit

Nos habitudes au volant ne nous semblent pas dangereuses, parce qu’il n’y a rien de mal à franchir une ligne continue sur l’autoroute. Ou à conduire après avoir pris deux pintes avec les amis. Ou encore texter à votre tendre moitié que vous préférez manger du poulet à la courge plutôt que des spaghettis jambalaya ce soir (pour les recettes).

Hors, vous le savez aussi bien que moi, il est tout aussi dangereux de contrevenir au code routier que de s’adonner à toutes ces menues distractions qui peuvent sembler, sur le coup, sans conséquence aucune.

Nous, les conducteurs, étant de prime abord de bons vieux êtres humains, sommes sujets à faire de biens drôles de choses, même au volant. Dans sa voiture, on se sent chez soi. Aussi a-t-on tendance à agir comme à la maison. On grignote, on prend un café, on fini de se maquiller ou on tergiverse entre les Barr Brothers et les soeurs Boulay, sans trop prêter attention au reste du monde.

On change!

Ce genre de mauvaises habitudes se corrigent facilement. On s’arrête dans un endroit sécuritaire pour grignoter, on prend son café avant de partir, on termine de se maquiller une fois la voiture garée dans le stationnement du bureau (c’est ce que j’ai fait ce matin, je me donne une petite tape sur l’épaule, bravo moi!) et, une fois choisi le programme musical, on s’y tient, point à la ligne.

Pour ce qui est de ces autres mauvaises habitudes, mentionnées ci-dessous, il n’y que vous pour porter le chapeau et corriger la situation:

→ Suivre de trop près un véhicule (mais va-t-il avancer cet ectoplasme à roulettes!)

Texter ou parler au cellulaire en conduisant (patagon de zoulous, pourquoi ce dossier n’est pas réglé!)

→ Omettre de porter la ceinture de sécurité (concentré de moules à gaufre de ceinture!)

→ Conduire après avoir consommé de l’alcool ou pris de la drogue (mille millions de mille shaaabords, il fait flou ce soir…)

→ Faire de la vitesse (bougres d’extrait de crétin des Alpes, on n’est pas au musée)

→ Franchir une ligne continue sur la route (tchouck-tchouck-nougat, j’aurais pu me tasser dix fois)*

Directions

Sécurité routière en 2014, sans statistiques

D’après les froides données de notre bonne SAAQ nationale, depuis juillet 2014, trop de gens sont décédés, ont été hospitalisés ou furent légèrement blessés suite à un accident routier. Ce dernier mois de janvier québécois a laissé derrière lui un noir bilan. On peut malheureusement en dire autant de la période estivale, bien sombre pour les automobilistes du Québec cette année. Année qui n’est d’ailleurs pas terminée…

Ceci dit, je vais vous surprendre. Surtout, aussi étrange que ça puisse paraître, ne culpabiliser pas! Ce serait, selon les sources glanées à travers la Planète Internet, l’un des premiers facteurs freinant un éventuel changement d’habitude. Souvent, on sait qu’on n’agit pas en conducteur modèle. Nos petites mauvaises habitudes, tant qu’elles ne font de mal à personne ni ne nous valent un concert de klaxons irrités, pourquoi en changer?

Pour sauver des vies. La vie de son frère, la vie de sa meilleure amie, la vie du voisin à trois rues de chez vous que vous ne croiserez jamais mais qui souhaite, tout comme vous, vivre longtemps et prospérer.

Non, lorsque vous serez à nouveau derrière le volant, vous n’y penserez pas tout le temps, au voisin inconnu, à votre meilleure amie ou à votre frère. Mais y penser, même un peu, c’est un déjà aider à faire diminuer les statistiques.

*Référence aux jurons préférés du Capitaine Haddock. Tout droits réservés groupe Hergé.
Article précédent
La Kia GT sera enfin produite
Article suivant
Votre Chrysler vous cache-t-elle des choses?